Grande Terre, Mamoudzou
A la sortie de la barge, vous avez réellement les pieds en Afrique, Mamoudzou est la grande ville de l’île, elle représente toute la mixité et la complexité de Mayotte.
 
Le charme de celle-ci est de mixer les vieux quartiers commerçants et les centres économiques et industriels, l’urbanisation typique mahoraise et les quartiers de style 
métropolitain. Le seul endroit de l’île ou vous verrez un immeuble (max. 3 étages) jouxtant des cases en tôle.
Cette ville, passage économique obligatoire est en perpétuelle évolution et la modernisation de Grande Terre commence par là, hormis le haut débit internet, Maoudzou tend chaque jour un peu plus, vers le même confort qu’une ville de France Métropole.
Petite Terre 
Il s’agit du premier endroit que vous découvrez en arrivant à Mayotte, cet îlot, seulement relié à la Grande Terre par la barge, est autonome et constitue le pôle administratif et des ressources pétrolières, électriques et de réseau téléphonique de l’île. 
Trois villes la composent, Dzaoudzi pôle administratif et historique, Labattoir, centre économique et urbain, Pamandzi où est situé l’aéroport international. 
Cette partie de Mayotte, la plus « métropolitaine », est le point d’arrivée et celui du départ. La découverte de la culture et du potentiel touristique local commence là. L’effort à venir d’urbanisation et de développement touristique est concentré ici et sur Mamoudzou.

Grande Terre, Centre de l’île
Le centre de Mayotte est la partie la moins développée, avec le Nord. 

Son altitude et sa difficulté d’accès en font une région exclusivement agricole et forestière. 
Malgré tout elle possède plusieurs atouts touristiques, son aspect et sa population y sont les plus typiques, les points de vue magnifiques, et la nature, la plus sauvage et la plus verdoyante.  


Géographie
Mayotte se décompose en 6 « régions » économiques et touristiques, cette présentation permet de mieux appréhender l’essor actuel de l’île et son potentiel :
 
Grande Terre, Le Nord
La plus lointaine, la plus inaccessible, une des plus belle partie de l’île…Les routes, les mairies, les lycées & collèges y sont neufs, mais rien n’a encore abouti pour le tourisme dans cette région. Le cadastre étant, lentement mais sûrement, mis en 
place, le problème du foncier a bloqué et bloque encore le plus gros projet de développement touristique (complexe de 330 chambres les pieds dans l’eau). 
Mais le plus important potentiel touristique est là-bas, le front de mer y est protégé des vents et des courants, les îlots y sont les plus nombreux et les vues les plus spectaculaires. 
La Chambre de Commerce et le Comité du Tourisme en sont conscients, et le Nord reste leur principal objectif quand prendra fin l’aménagement de Mamoudzou et le développement touristique de Petite Terre.

Grande Terre, Le Sud
Cette partie de l’île est la seule région où le développement touristique est visible, on y trouve le cliché, la carte postale de Mayotte : le ponton de N’Gouja. Plus de 60 % de l’offre hôtelière y est concentrée, notamment autour des villes de Bouéni et 
Kani-Kéli. 
On trouve dans cette partie de l’île des plages, parmis les plus belles et surtout les plus accessibles et les mieux équipées. L’accueil et l’artisanat local mis en place par le Comité du Tourisme apportent la preuve du potentiel et de la qualité que peut offrir le tourisme à Mayotte. Le Lagon
Il existe moins de dix doubles barrières de corail à travers le monde. Celle de Mayotte en fait partie. Ourlée d'un récif frangeant, l'île est protégée du grand large par une seconde barrière qui l'entoure à quelques kilomètres des côtes.

200 espèces de coraux, 100 espèces de mollusques, Sur les petites parties de la barrière qui ont été étudiées (passe en S et passe de Bandrélé - seulement 4% des récifs coralliens de Mayotte sont connus...), on a pu dénombrer 239 espèces de poissons. Deux espèces de tortues viennent se reproduire ici. Trois autres espèces peuvent être observées et au moins 270 espèces d'algues. 

Cet inventaire, loin d'être exhaustif, prouve la richesse qui se cache sous la surface du lagon, qui ressemble au plus vaste aquarium que l’on puisse imaginer.

Avec ses 1500 km², alors que l'île ne mesure que 374 km², il s'étale sur une largeur allant de 3 à 15 km des côtes sur une profondeur pouvant atteindre 90 m. Sur 197 km, la barrière encercle Mayotte, la préservant des éventuels périls extérieurs. Elle transforme le lagon en un lac où l'eau clapote doucement, ne s'agitant que lors des grandes marées.
Ces quelques chiffres pour bien faire comprendre l'atout majeur que représente le lagon pour Mayotte. Au-delà de l'impact économique qu'il peut représenter, c'est avant tout une vaste réserve qu'il est urgent de protéger efficacement et durablement. Les expériences dans le domaine du tourisme écologique tentées à Madagascar (Ile de Sainte-Marie) ou à Mohéli démontrent que ce tourisme est économiquement viable. Il consiste à faire venir les gens non pour la pêche au gros, mais plus simplement pour rêver devant des spectacles naturel, végétal et animal devenu trop rares. (Mayotte)